La nouvelle importance des stratégies logistiques : rôle, facteurs de réussite et intégration

Publié le dans Digitalisation, Logistique du futur, Tendances
Temps de lecture 5 minutes

En tant qu’Executive Product Manager chez KNAPP, Bernd Stöger fait progresser les innovations stratégiques dans les domaines Software et Value Chain Solutions. Dans l’interview qui suit, il passe en revue les nouveaux défis que doivent relever les entreprises et les possibilités qui s’offrent à elles, dans un contexte de changements extrêmement rapides et dans un monde digitalisé. Il est convaincu que l’intégration ascendante d’une stratégie logistique sur mesure est la clé du succès d’une entreprise. Ce que cela signifie ? On vous dit tout !

Executive
Bernd Stöger, Executive Product Manager, KNAPP AG

M. Stöger, le monde change et en même temps la façon dont on fait du business. Quelle est la clé du succès des entreprises aujourd’hui ?

Bernd Stöger : Une entreprise a du succès quand elle voit grand et réussit à créer la structure qui soutient sa vision. Elle doit être capable de s’adapter constamment, de mettre rapidement son offre sur le marché et de faire siennes les modifications du marché. La pandémie de Covid par exemple a montré les entreprises qui étaient en mesure de réagir tout de suite à l’essor incroyable et imprévisible du commerce en ligne. Elles ont connu une croissance énorme en peu de temps et font des milliards de chiffre d’affaires.

Qu’est-ce qui fait la différence entre les gagnants de la pandémie de Covid et leurs concurrents qui s’en sortent moins bien ?

Bernd Stöger : Les gagnants ne considèrent plus la logistique comme un simple processus de support dans leur organisation d’entreprise. Qu’ils soient des purs vendeurs en ligne, des start-ups ou des entreprises connues du commerce stationnaire. Et leur ancienneté sur le marché n’est pas décisive non plus. Les entreprises qui réussissent se servent de la logistique comme d’un processus clé qui facilite les nouveaux business models et qui permet de marquer des points auprès de leurs clients, avec un niveau de services meilleur, comme la livraison le jour même.

Vous pensez donc qu’en raison des avantages que confère la stratégie logistique, il faut lui donner plus d’importance et investir dans des structures, processus et technologies nouveaux. Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?

Bernd Stöger : Oui, bien sûr. C’est comme ça que le Retailer australien Woolworths a réussi, quelques années à peine après son entrée dans le commerce en ligne, à dominer le marché en ligne australien dans le secteur Food & Personal Care avec aujourd’hui un volume d’environ 2 milliards de dollars et une part de marché oscillant entre 15 et 20 %. Le Retailer anglais John Lewis connu pour ses grands magasins, réalise lui aussi aujourd’hui plus de 60 % de son chiffre d’affaires en ligne. Il compte ainsi parmi les plus grandes boutiques en ligne de Grande-Bretagne dans le secteur de la mode, suivi par Next, Sainsbury’s, ASOS et Marks & Spencer. Et c’est la même chose chez Zalando, le plus grand magasin en ligne de mode d’Allemagne. Avec un chiffre d’affaires de plus de 2,7 milliards de dollars et une croissance annuelle supérieure à 20 % ces dernières années, il laisse ses concurrents loin derrière lui. Sans oublier Walmart, le plus grand Retailer au monde, qui, avec une croissance de plus de 70 % aux États-Unis en 2021 dans le commerce en ligne, a pu enregistrer un chiffre d’affaires de 43 milliards de dollars.

Walmart, comme Woolworths ou Zalando – tous les trois gèrent leur réseau logistique avec beaucoup de succès. Ils utilisent pour cela des outils logiciels complets et intelligents et ils pilotent la croissance en les associant à une stratégie d’automatisation claire.

Comment faire d’une stratégie logistique un avantage concurrentiel bien réel ?

Bernd Stöger : Les 3 facteurs clés à ne pas perdre de vue lors de l’élaboration de la bonne stratégie sont :

  1. Le bon positionnement de la stratégie logistique

La stratégie logistique est étroitement liée à la stratégie de l’entreprise. Elle doit donc être ancrée solidement dans l’entreprise et occuper une place élevée dans l’organigramme de la société. Par exemple, on peut rassembler les responsabilités en matière de Sales & Operations pour les différents canaux. Récemment, chez Walmart US l’organisation été revue : le Président et CEO John Furner a expliqué que la nouvelle fonction de COO regroupe les Store Operations et la Supply Chain. Son objectif est de se concentrer sur la transformation de nos méthodes de travail de bout en bout et de fournir aux clients une expérience shopping sans heurts.

  1. La conception du réseau logistique qui convient

Il faut accorder une importance particulière à la façon dont on construit ou adapte un réseau logistique qui va changer tout le temps et dont l’évolution est quasiment impossible à prévoir. Les entreprises qui définissent clairement comment elles veulent se positionner via les avantages qu’elles promettent aux clients sont en position de force. Elles en déduisent ensuite l’approche à adopter pour concevoir leur réseau logistique. À quoi doit ressembler le réseau de distribution, quelles activités faut-il combiner et quel sera le niveau de service ? Woolworths place la problématique de la commodité au cœur de ses préoccupations et ce, de la même façon pour tous les clients, qu’ils habitent dans une métropole comme Melbourne ou dans le bush australien. Amanda Bardwell, Managing Director de WooliesX, qui fait partie du groupe Woolworths, nous explique : « Même si nous investissons dans de nouveaux centres de fulfillment, les magasins locaux restent au cœur de notre activité en ligne. Nous pouvons offrir à nos clients des options de livraison plus rapides le jour même et à la demande ainsi que des solutions de retrait pratiques ».

  1. Automatisation des processus

Une stratégie en ligne n’est que rarement garante du succès, si l’entreprise n’est pas digitalisée jusqu’à un certain degré et ne pense pas en ces termes. La digitalisation des processus d’entreprise et une intégration correcte sont essentielles pour réussir dans un environnement omnicanal. Ceci est aussi bien valable pour l’intégration entre les magasins stationnaires et la boutique en ligne que dans les centres de distribution et de fulfillment. Une intégration correcte permet une croissance rapide et souple. Et cela, que l’on passe à l’automatisation dans le cadre de la croissance depuis un entrepôt e-commerce manuel, ou que l’on fasse d’un entrepôt pour la livraison aux filiales un entrepôt omnicanal automatisé ou que l’on déploie des conceptions de site via un réseau logistique.

Et comment les entreprises doivent-elles s’y prendre pour intégrer une stratégie logistique ?

Bernd Stöger : En fait, les entreprises ont le choix entre 2 approches : soit l’approche descendante, top-down souvent utilisée, soit la solution ascendante, bottom-up, plus moderne.

L’approche descendante : qu’est-ce que c’est et à quoi faut-il faire attention ?

Bernd Stöger : Dans le principe descendant, la conception du système va du plus général au plus précis. Sur la base des exigences commerciales, une connexion est établie, depuis le système le plus haut dans la hiérarchie vers les sous-systèmes. On utilise des outils avérés de planification et de pilotage de la Supply Chain et des différents sites – aussi bien au point de vente, que pour l’entrepôt ou le transport. Cependant, l’automatisation est devenue de plus en plus importante dans les entrepôts ces dernières années. Pour profiter au maximum de son potentiel, l’intégration entre la Supply Chain et le WMS est décisive pour les fonctionnalités WES/WCS et la technique d’entrepôt (MHE). L’approche descendante ne répond souvent pas aux exigences élevées en termes de dynamique. Une connexion du MHE selon le principe de la boîte noire ne permet pas d’utiliser tout le potentiel. Il est difficile avec cette approche de livrer efficacement le jour même ou à la demande mais aussi de décider dans un réseau distribué du site qui permet de traiter au mieux telle ou telle commande. Il s’ensuit souvent des coûts pour l’entreprise dont les raisons peuvent être multiples :

  • Maintien de capacités inutilisées
  • Promesses en matière de livraison ne pouvant pas être tenues
  • Organisation toujours en état d’urgence fonctionnant grâce aux solutions de rechange

Bien que l’on constate ces dernières années une évolution qui voit certains fabricants de logiciels établis se développer dans l’entrepôt de façon top down, du système de gestion commerciale et du WMS vers le WES et le WCS, ces solutions ont quand même un gros inconvénient. Elles ne font que connecter le MHE sans pouvoir l’intégrer entièrement. Cela s’explique, en plus des possibilités d’intégration techniques, par une connaissance du domaine en matière d’automatisation trop peu enracinée.

Si l’approche descendante est à consommer avec modération, conseillez-vous d’intégrer la stratégie logistique selon le principe ascendant ?

Bernd Stöger : Oui. Mon choix est très clairement en faveur d’une intégration de systèmes selon le principe ascendant. C’est aussi la philosophie que nous vivons chez KNAPP. Elle comprend l’intégration allant du pilotage des machines intelligent à la Supply Chain, en passant par les WCS et WMS, avec des interfaces vers le système de gestion commerciale ou la boutique en ligne, comme KiSoft le permet notamment. L’évolution technologique cette dernière décennie a offert un potentiel énorme. Un exemple est l’association de l’Internet des objets et des technologies de cloud. L’application de l’intelligence artificielle offre de nouvelles possibilités de réagir aux données et d’en tirer des leçons. Pour utiliser le potentiel des technologies dans l’intégration des systèmes, il est important de pouvoir intégrer à tout moment les informations en résultant dans la prise de décision.

Les architectures de système soutenant une intégration ascendante permettent une amélioration des aspects suivants :

  • Dynamique, pour pouvoir réagir à tout moment globalement et en situation pour être opérationnel
  • Transparence, pour prendre les bonnes décisions du point de vue tactique et stratégique
  • Mise en réseau de l’homme et de la machine
  • Utilisation de machines comme les robots, les RMA, les systèmes de navettes, etc.
  • Vitesse et qualité d’implémentation des nouvelles exigences commerciales

Oliver Kraftsik, Vice President International Logistics chez ASOS.com, a mené à bien récemment la modernisation d’un entrepôt au moyen d’un logiciel logistique intelligent de KNAPP. Il est lui aussi convaincu par l’approche ascendante : « Pour faire de l’e-commerce sérieusement, on a besoin de données. Avec une base de données intelligente, nous pouvons répondre aux exigences actuelles comme le Black Friday mais aussi aux exigences futures du commerce électronique ».

À quoi faut-il faire attention lors du choix d’un prestataire logistique pour que l’intégration ascendante soit une réussite ?

Bernd Stöger : Il faut y regarder à deux fois avant de choisir un prestataire logistique pour qu’une intégration ascendante fonctionne pour la conception de réseaux globaux. Comme nous chez KNAPP, il faut que le bon partenaire dispose de connaissances du domaine en MHE, et qu’il fonctionne aussi bien sans automatisation. De plus, l’indépendance est essentielle pour pouvoir intégrer les fabricants les plus divers. Seule une architecture suffisamment ouverte peut mener une stratégie logistique au succès – et donc une entreprise.

Merci beaucoup Bernd Stöger pour cette interview !

Voulez-vous en savoir plus sur notre offre logicielle ? Alors écrivez-nous à l’adresse blog@knapp.com et convenez d’un entretien personnalisé avec un de nos experts.

Informations sur Bernd Stöger

Bernd Stöger est Executive Product Manager chez KNAPP en charge des secteurs Software et Value Chain Solutions. Bernd a occupé de nombreuses fonctions au cours des 17 années passées chez KNAPP, aussi bien au siège en Autriche que dans la filiale brésilienne. Auparavant, il a acquis de l’expérience, notamment dans l’industrie automobile chez BMW. Il a fait des études de Industrial Management à l’University of Applied Sciences FH Joanneum en Autriche et au OAMK en Finlande. Il est par ailleurs European Certified Logistician en Senior Management Level.

Temps de lecture 5 minutes
Maria Poelzl
Content & Communications Manager
Quelles tendances animent le secteur du Retail ? Comment transformer les nouvelles exigences en solutions d’automatisation individuelles ? Maria vous dit tout sur ces thèmes dans son blog.

Partager

Pas de commentaires sur cet article

Écrivez un nouveau commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d’un * doivent être renseignés.