Quelles sont les tendances qui agitent l’industrie automobile ?

Publié le dans Industry, Logistique du futur, Technologie, Tendances
Temps de lecture 4:00 minutes

Un désir d’individualisation toujours plus grand et la multiplicité des variantes qui en découle ainsi que l’incertitude sur l’évolution des quantités placent le secteur automobile face à de nouveaux défis. La chaîne de montage classique n’est en grande partie plus applicable et de nouvelles voies en matière de production doivent être trouvées. Quelles sont les exigences qui en découlent pour la logistique de production et quelles sont les réactions de KNAPP ? Nous abordons ces questions et ces tendances dans l’interview réalisée avec Christian Brauneis, Vice President Business Unit Industry.

Quels sont les challenges auxquels sont actuellement confrontés les fabricants automobiles ?

Christian Brauneis : Le secteur est concerné par l’incertitude sur l’évolution des quantités de moteurs électriques et de moteurs à combustion interne. Personne ne peut dire au juste comment cette tendance va évoluer. Mais c’est pourtant un fait que le rapport va changer. Ce qui veut dire que les productions en série à la chaîne classiques qui sont installées pour une longue durée, ne peuvent plus fonctionner à l’avenir du point de vue de la rentabilité. La personnalisation croissante voulue et la multiplicité de variantes qui en résulte constituent des défis à relever. Les constructeurs automobiles de demain doivent gérer leurs lignes de production de manière très dynamique. Il devient nécessaire de produire de nombreux types différents avec une ligne.

En raison des tendances actuelles dans l’industrie automobile, des concepts comme le séquencement, la disponibilité, la précision de la séquence, la stratégie zéro défaut et la flexibilité prennent une toute autre signification. Bien que la prévisibilité soit en perte de vitesse, les systèmes doivent être en mesure de s’adapter.

Christian Brauneis, Vice President Business Unit Industry

À quoi peuvent ressembler des lignes de production dynamiques et souples ?

Christian Brauneis : Certains fabricants travaillent déjà avec de nouveaux modèles de production. Il n’y a plus d’assignation fixe entre le type de véhicule et la station, comme cela est le cas pour la production à la chaîne. Au moyen de robots de transport autoguidés, les stations, les cellules et les carrosseries sont assemblées sur des surfaces et les tâches sont exécutées. Ceci permet une grande dose de flexibilité. Pour des produits dont le cycle de vie est facilement prévisible et dont le design reste quasiment inchangé, une ligne de production classique a un sens. Mais partout ailleurs où les changements sont importants ou les quantités plus faibles, comme par exemple dans le segment du haut de gamme, un investissement dans une ligne de production sur de nombreuses années pour un seul type n’est plus rentable.

Une telle flexibilité place bien sûr également la logistique face à un grand défi. Comment KNAPP peut-il aider ses clients dans ce domaine ?

Christian Brauneis : L’industrie automobile est en comparaison des autres industries la discipline reine en termes de couverture et de pilotage de la chaîne de livraison. La nécessité de mettre à disposition les pièces sur le site de montage à la minute près, suppose un concept logistique très sophistiqué. Ce processus commence déjà au niveau des fournisseurs de pièces et se densifie jusqu’à la production des véhicules. Il suffit qu’une seule pièce manque et la voiture est défectueuse. Et pourtant les taux de production et les cadences doivent restés élevés. Une disponibilité et une performance extrêmement élevées ainsi qu’une séquence exacte sont nécessaires jusqu’au site de montage et ce 24h/24 et 7j/7. Ce qui exige beaucoup de la logistique, de la technique et également du Service clients. Ces tendances actuelles impliquent également des systèmes logistiques toujours plus souples et nécessitent un suivi des modifications dans le programme de production.

Le système d’automatisation d’entrepôt OSR Shuttle™ Evo peut être adapté à tout moment à la puissance nécessaire et aux volumes et offre ainsi la flexibilité nécessaire. Notre expérience de longue date en matière de véhicules autoguidés est également une aide précieuse. Nos robots mobiles autonomes – les Open Shuttle – conviennent parfaitement pour transporter des marchandises de manière flexible. Nous avons aussi une expertise en matière de train logistique. Les systèmes de traitement des images de la filiale de KNAPP, la société ivii, nous permettent par ailleurs de couvrir la problématique de l’assurance qualité dans l’assemblage.

            

Open Shuttle : robot mobile autonome            OSR Shuttle™ Evo : système de stockage flexible

Quelles sont les technologies que KNAPP a développées spécialement pour l’industrie automobile et quels enseignements a-t-on déjà pu en tirer ?

Christian Brauneis : Parce que la logistique ne finit pas dans l’entrepôt mais sur le site de montage, là où l’on a besoin de la pièce, nous avons développé pour des projets antérieurs un chargement entièrement automatique du train de remorques. Et dans le domaine des logiciels, nos développements se concentrent toujours sur les besoins spécifiques de la branche automobile. La nécessité absolue de recourir au séquencement est un défi pour les logiciels. Dans le système de stockage, l’entrée en stock et la sortie du stock automatiques ainsi que le prélèvement sont importants mais pas seulement : le bon ordre des pièces est également primordial. Sans oublier les prescriptions techniques et concernant le matériel spécifiques au secteur automobile qui doivent être prises en compte. Nous tirons actuellement nos premiers enseignements en la matière et avons mis en œuvre avec Pankl Racing Systems, MSG et Magna Steyr nos premiers projets, et ce avec succès. D’autres projets sont actuellement en cours.

À quoi ressemble la production intelligente du point de vue de KNAPP ?

Christian Brauneis : Notre vision est une ligne de production qui soit flexible à 100 %. Plus d’attributions figées entre site de montage et cycle d’horloge. Les matériaux et les carrosseries sont déplacés de manière entièrement dissociée, non plus le long de la ligne mais sur une surface. Et c’est la ligne qui donne la cadence. On obtient ainsi un véritable appairage, il se passe quelque chose à chaque cadence à chaque endroit. Cela sera peut-être différent à l’avenir et la logistique donnera la cadence à la production, parce que la décision sur l’efficacité du montage dépendra de l’état des stocks actuels ou de la répartition sur la surface et non plus de la ligne. Et peut-être même que dans certains cas il n’y aura plus de lignes du tout telles qu’on les connaît actuellement. En fait, il s’agit surtout de briser les conventions verrouillées et figées sans appel. Ainsi, la production pourrait entièrement changer d’aspect en trois heures.

Ce à quoi la solution pourrait ressembler :

Un entrepôt à navettes hautement flexible est l’élément clé où les pièces sont conservées. S’ajoute une multiplicité de véhicules de transport autoguidés, pour le véhicule, pour le produit mais aussi pour les pièces. Il est ainsi possible de monter les choses les plus diverses sur une seule surface. Directement sur le site de montage, des systèmes intuitifs montrent aux employés comment ils doivent exactement effectuer leurs tâches. La pensée zéro défaut est mise en pratique et elle garantit une assurance qualité à 100 % pendant le montage. Et ces systèmes permettent également de traiter plusieurs tâches sur un site de montage.

Outre les tendances mentionnées plus haut, on assiste actuellement à un changement des mentalités en termes d’énergies renouvelables et de protection de l’environnement. Quelles conséquences ces évolutions ont-elles sur l’industrie automobile ?

Christian Brauneis : Un de ces jours, la conduite deviendra un service. C’est prévisible, surtout en zone urbaine. Tout le monde n’aura plus sa propre voiture mais utilisera l’autopartage, les moyens de transport autonomes ou autres. Mais en raison de l’augmentation de la population et du fait que dans de nombreux pays la mobilité n’est pas encore très développée, les chiffres de la production automobile ne vont vraisemblablement pas reculer. Les marchés en croissance ne se trouvent plus en Europe mais sur des continents comme l’Asie et l’Afrique où les autos produites sont exportées. En Europe et aux États-Unis, il y aura des alternatives, surtout dans les zones urbaines. L’avenir nous dira si les véhicules électriques connaîtront un boom. La tendance est à la perte de vitesse des moteurs à combustion interne mais il est difficile de savoir ce qui les remplacera. Peut-être que les véhicules électriques à batterie sont uniquement une étape en attendant que d’autres véhicules voient le jour. En raison de leur fabrication et de l’utilisation des terres rares, les véhicules électriques ne sont pas non plus une solution « verte ». Peut-être que les véhicules à hydrogène ou autres hybrides réussiront à s’imposer.  L’avenir s’annonce passionnant.

Temps de lecture 4:00 minutes
Anna-Carina Adam
Anna-Carina Adam
Brand Communications
Industry Solutions
De la production à la production intelligente : de nouvelles tendances et des challenges inédits voient le jour sur les sites de production avec la numérisation. Dans son blog, Anna vous informe sur ces thèmes et surtout sur les solutions d’automatisation intelligentes pour la logistique de la production. Elle recherche et écrit de plus sur tout ce qui touche aux robots mobiles autonomes.

Partager

Informations complémentaires

Vous avez une demande concrète ?  Nous chez KNAPP avons hâte de discuter avec vous de vos idées et demandes et de créer de nouvelles solutions. Contactez-nous à l’adresse suivante : blog@knapp.com.

Pas de commentaires sur cet article

Écrivez un nouveau commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d’un * doivent être renseignés.